Faire son compost, c'est facile, utile et écologique

Publié le 11/10/2017

En récupérant vos déchets de cuisine, vous allez facilement produire votre compost, un engrais naturel contenant tous les apports nutritifs nécessaires au bon développement de vos cultures.

Qu’est-ce que le compost ?

Le compost est un engrais naturel fabriqué à partir de vos déchets quotidiens. Seuls les résidus putrescibles sont utilisables. On estime qu’environ 30 % de vos déchets de cuisine pourraient être transformés en fertilisant pour votre jardin et ceci en quelques mois. De couleur brun foncé, le compost mûr a l’apparence et l’odeur du terreau.

 Compost

Les bienfaits du compost pour le jardin

Le compost sert à fertiliser le sol pour obtenir un potager, des plantes et des fleurs robustes et en bonne santé. Le compost agit à court terme pour combler les besoins importants des plantes. C'est un excellent substitut aux engrais chimiques de synthèse.
Fabriquer son compost permet aussi de réduire la pollution en valorisant vos déchets. Vous réduisez la quantité de déchets destinés à être traités dans les centres d’enfouissement ou d’incinération (354 kg de déchets ménagers par an et par habitant*).

Fabriquez vous-même votre compost

Le compost est un mélange fermenté de débris organiques et de matières minérales, transformé en quelques mois en un engrais assimilé à de l’humus, grâce à l'action des champignons et des bactéries du sol. Il agit comme un engrais naturel qui régénère la terre et favorise le développement et la résistance des plantes. 

- les déchets que vous pouvez composter :

  • les déchets de cuisine : épluchures de fruits et de légumes, coquilles d’œufs, sachet de thé, marc de café…
  • les déchets domestiques : petite quantité de cendres de bois froides et de sciure, papier non imprimé, feuilles d’essuie-tout…
  • les déchets du jardin : excréments de vos animaux,  feuilles d’arbre sèches, fleurs coupées, plantes en pot, fanes de légumes, petites branches broyées, gazon… 

Astuces : Le gazon tondu frais et humide est problématique. Il crée une couche imperméable à l’air (et à l'oxygène) et peut provoquer de la pourriture. Il est donc préférable de laisser sécher le gazon avant de l’introduire dans votre silo. 

- les déchets interdits ou à éviter : viande, poisson et os, pâtes alimentaires, sauces, graisses, métal, verre, matières synthétiques, batteries, papier imprimé, emballages en matériaux composites, lait…

Compost

1-  L’emplacement idéal pour votre silo à compost

Mettez les silos à compost directement sur le sol, en aucun cas sur béton ou asphalte, le compost a besoin du contact direct avec la terre.

Installez votre silo à un endroit ensoleillé pour faciliter l’évaporation de l’eau (il y a plus de 70 % de teneur en eau dans les restes des légumes ou fruits frais.)

Composteurs en plastique :  silo à compost 350 litres réf.1853 ; silo à compost 650 litres réf.1854 ; composteur rotatif 2 compartiments réf.2033 et composteurs en bois : composteur en bois de Douglas (réf.2121)

2-  Le remplissage

Il doit s’effectuer toujours par couche pour répartir les types de déchets. Il est important de mélanger les déchets de natures opposées pour faciliter le travail des micro-organismes et une meilleure oxygénation :

  • les matières plutôt carbonées (c’est à dire, brunes, durs et sèches comme la paille, les feuilles mortes, petites branches, sciure) avec les matières azotées (molles, vertes, fraîches comme les tontes de pelouse, les épluchures …).
  •  les déchets humides avec les secs.
  • les déchets grossiers avec les fins.

Astuces : Gardez toujours une réserve de matériaux broyés à côté du silo à compost et mélangez-la au fur et à mesure avec les déchets verts. Terminez le remplissage par une couche fine de terre ou de terreau. La décomposition sera plus rapide et n'attirera pas les mouches. Pour activer le processus, vous pouvez utiliser un activateur de compostage (réf. 1515).

3-  L’entretien

Deux facteurs sont essentiels pour obtenir un compost de qualité :

  • l’humidification, si votre compost vous semble trop sec, n’hésitez pas à l’humidifier. 
  • l’oxygénation, pensez à aérer votre compost, en le mélangeant plusieurs fois par mois grâce à un aérateur de compost. Il existe plusieurs modèles: aérateur de compost 4 ailettes réf.1949

S’il vous semble trop fin, incorporez des copeaux ou paillis afin de le structurer.
Lorsque vous avez obtenu un compost grumeleux, friable et brun et avec une bonne odeur de litière forestière, ceci au bout de 5 à 8 mois en moyenne, c’est que vous avez gagné votre pari. Si vous incorporez un volume de compost pour deux volumes de terre, vous obtiendrez un terreau complet.

Quelques conseils et remèdes pour obtenir un compostage sain.

- Des moisissures, des odeurs nauséabondes ? 
Cela signifie que votre compost « étouffe ». Aérez-le en le mélangeant ou en le retournant.

- Des odeurs de purin ou d’ammoniaque ?
Le compost est trop riche en matières azotées et humides. La solution est de rajouter des matières carbonées (petites branches, sciure…).

- Des filaments blanchâtres dans le composteur, comme des champignons ? 
A l’inverse, le compost est trop riche en matières carbonées. Ajoutez alors des matières azotées comme des épluchures de fruits ou de légumes ou encore un peu d’eau.

Il ne vous reste plus qu’à mettre en pratique ces conseils pour vous lancer dans la grande aventure du compostage…

* Données de l’ADEME de 2006 (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). Une stabilisation de la production d’ordures ménagères par habitant est constatée, dans un contexte démographique en croissance régulière.